(1) Inutile de chercher dans le dico, ou sur wiki.... en fait, je suis juste scénariste de bandes dessinées.
Mais comme, apparemment, peu de gens savent ce que c'est qu'un scénariste de BD, j'ai inventé un nom pompeux aux consonances de grand savant... ça ajoute du mystère à ce métier bizarre...


Qui suis-je ?

Ma photo

Scénariste / auteur de BD :

Animation de stages / atelier BD / cours...
Rencontres, dédicaces...

vendredi 29 mai 2015

recette d'histoire en homelette

Bon à la différence de Boulin, je ne suis plus du tout dans les temps.
Totalement loupé mardi dernier, moi...
Aussi pour cesser avec ce fantasme de parution régulière, et aussi parce-que je met de plus en plus de temps à produire ces petites histoires, j'ai décidé de leur donner leur liberté!
A partir de maintenant je posterais de manière libre et délibérée.
Pour fêter ça, voici un premier caillou libre.
Une réflexion sur la narrologie et l'idée qu'une histoire est une chose qui doit rester simple allant à l'essentiel et se foutant de tout ce qui peut la parasiter.
Mais Quid de l'originalité me diront mes trois lecteurs et demi?
 Eh bien je citerais en réponse, ce célèbre narrologue qu'est l'oncle Starbuck Robert face aux questions d'un de ces jeunes graviers avides de réponses :
« L'originalité, j'y pisse à la raie connard ! »
Et maintenant place au premier caillou libre.


mardi 19 mai 2015

La couleur c'est sympa.
La faire sur un logiciel c'est une autre dimension sympa.
J'ai passé ma sympa-semaine là dessus.
Avec l'aide de Bruno Bellamy et de mon épouse je viens de coloriser cette précédente page.
Si je trouve un peu de temps; je vous mettrais une page originale tout à l'heure.
Sinon, je lis une excellente bd japonaise (ouais on appelle ça un manga):
"Usagi Yojimbo" de Stan sakai.
C'est une vrai réussite originale.
Originale car le trait est plutôt "comic's" et qu'il se mélange étonnamment avec un récit résolument "Manga". Mais en fait pas vraiment puisqu'à l'origine (comme me le rappelle Bruno Bellamy) l'auteur japonais a publié Usagi chez "Dark Hors" un éditeur de comic's.
Cadrages et découpages très sobres me font penser à la caméra de Eastwood et vont à l'essentiel pour mieux raconter les aventures d'un lapin samouraï. L'univers décrit une sorte de japon médiéval peuplé de fantômes, de lézards bizarres et de grands héros aux visages d'animaux tirés des plus célèbres récits de sabres japonais.
C'est rapide, c'est riche, drôle, surréaliste et de temps en temps romantique comme un destin fracassé au détour d'un chemin entre une tombe et  une fleur de pivoine. A lire par tous temps.
Et... Ah oui la planche :



mardi 12 mai 2015

langue de boeuf ensablée

C'est dingue ça!
Y'en a qui se posent des questions bizarres.
Genre: La tv c'est quoi? Et qu'est-ce qu'on y passe?
Eh bien pour rassurer les dingues je vais répondre à cette question.
En noir et blanc pour l'instant (p'têt que quand on remplacera Shuffle Mupple, vous aurez droit à la couleur).
Là je bosse aussi sur les effets spéciaux et bientôt vous devriez avoir droit à une autre version.
En attendant voici une première émission de RTV!





jeudi 7 mai 2015

purée d'Avenger 2

Sinon, je suis allé voir Avenger 2!
Et là c'est de la vrai bouse! 
Je comprend qu'on puisse invoquer l'innocence enfantine qu'il faut garder pour apprécier ces histoires, Je suis moi même un de ces innocents enfantin qui rêve de super pouvoirs et de harpes volantes. 
Mais là... Ce foutu tas qu'est "Avengers 2"', c'est de l'enculage d'innocence.
 Le scénar est tellement aberrant que ça en devient insultant et douloureux.
Tout est con. Rien n'a été simplement cohérent ou juste relu par autre chose qu'un scénariste (non), script docteur, (non) producteur, (non plus),  actionnaire, (que dalle) ordinateur de placement,  (même pas), poubelle cervicale (peut-être finalement) défoncé au popers-dollars. 
Personne ne sait ce qu'il fout dans cette aventure. D'ailleurs, je suis incapable de dire ce que j'ai vu tellement c'est mou.
 Voilà!
Ce film est un tas qui traine sur un écran.
Le plus terrible est que finalement on n'a pas droit à un ratage orchestré par un groupe d'incapables du bulbe, mais on fait face à une vague idéo fricarde (là je parle même plus de libéralisme, concept trop compliqué pour ces bouffeurs de fric), qui submerge les salles de cinéma populaire avec de la merde à tartiner les films.
Bref...   

 Fuyez pauvres fous!

Moi je vais faire des cailloux en attendant.
Réouverture de leurs aventures mardi prochain!
Bye et bon tout.